TRAITEMENT DES CERNES BLEUES/VIOLETTES

Traitement des cernes bleus/violets


Les cernes de couleur bleue/violette sont dus à une peau trop fine d’où on aperçoit par transparence une vascularisation qui stagne un peu et n’est pas assez fluide.

Nous pensons que la meilleure façon d’obtenir un bon résultat pour le traitement des cernes bleus/violets est d’associer la carboxythérapie avec un peeling.

La carboxythérapie va permettre de ré-oxygéner les tissus et donc de dynamiser les vaisseaux paresseux de la paupière inférieure. En effet, dans le cas de cernes vasculaires, la microcirculation est défaillante et les échanges gazeux sont essentiels pour que le flux sanguin reprenne son cours.

Il est souhaitable que l’interface gaz/tissus soit au moins de 20 mn à chaque séance afin que l’oxygène ait le temps d’agir sur les parois vasculaires.



NOMBRE DE SEANCES POUR TRAITEMENT CERNES BLEUS/VIOLETS:

Pour le traitement des cernes bleus/voiolets,  un peeling à l’acide trichloroacétique léger sera appliqué durant la séance, afin d’épaissir la peau de la paupière trop fine via des facteurs de croissances synthétisés par biostimulation.  Cet épaississement ne sera visible qu’après quelques semaines post séance.

Le protocole optimal est d’une séance par semaine pendant 5 à 6 semaines.




PLUS D'ARTICLES...

Nous contacter

Centre Médical Esthétique Paris 17
81 avenue Niel
75017 Paris
Tél : 01.47.54.93.20
E-Mail : centremedicalniel@gmail.com

> Le prix de la consultation d’information est de 50€


Ouverture du lundi au vendredi de 9h00 à 19h30
En cas d'urgence : appelez le 15

Nos tarifs épilation LASER :






.

Une équipe pluridisciplinaire

 Un Médecin Esthétique et Anti-âge - Dr de Goursac
 U
n Dermatologue - Dr E Gleizes
 Trois 
Infirmières 


> Site esthétique pour l'homme 
 ICI

Dr Catherine de Goursac est spécialiste dans le domaine suivant : Produits de comblement à base d’acide hyaluronique sur le portail Estheticon.fr.

                                                              Docteur Catherine de Goursac      Dr Catherine de Goursac