LES TRAITEMENTS DES POCHES MALAIRES

poches-malaires

Les poches malaires sont ces sortes de petits sacs gonflés qui se situent sur le haut des pommettes, à ne pas confondre avec les poches sous les yeux (ou poches sous palpébrales). Ces poches ont plutôt mauvaise réputation car elles se forment souvent sur le visage des alcooliques mais pas toujours ! Elles sont dues à une accumulation d’œdème qui se transforme en graisse avec les années dans cette zone, souvent en raison d’un défaut du drainage lymphatique, ce qui est fréquent, chez les femmes comme chez les hommes, à partir d’un certain âge. Contre ces poches disgracieuses, pour lesquelles il n’existait jusqu’alors aucun traitement efficace, nous pouvons aujourd’hui proposer deux types de traitement :

  1. Des injections de hyaluronidase
  2. Des séances de HIFU, ultrasons focalisés de haute intensité

Première solution : injections de hyaluronidase

Dans les deux tiers des cas, selon mon expérience, les poches malaires peuvent être traitées par des injections de hyaluronidase, une enzyme capable de détruire l’acide hyaluronique fabriqué en excès, ce qui contribue à la formation des poches. La hyaluronidase dissout aussi fréquemment les œdèmes.

Cette substance n’est pas d’origine humaine, il est donc nécessaire de faire un test d’allergie sur l’avant-bras ; les résultats se lisent au bout de 48 h. .

Si le test est négatif, on peut commencer la correction des poches à l’aide d’injections de hyaluronidase, les aiguilles utilisées sont très fines et la séance quasi indolore. Cette correction se fait par paliers car la hyaluronidase est un produit très efficace qui « gomme » l’acide hyaluronique environnant. En procédant par étapes,  les poches diminuent de volume progressivement, la circulation sanguine et surtout lymphatique se fait mieux.

En principe, il faut prévoir deux séances à une semaine d’intervalle.

Les résultats sont visibles immédiatement et les effets secondaires sont rares. Parfois de petits bleus peuvent se former au niveau des points d’injection mais ils disparaissent en quelques jours.

Cette correction est durable et leur récidive dépend du mode de vie (nourriture salée, consommation d’alcool, stress avec excès de cortisol secrété, trouble du sommeil, ..). Ces injections peuvent être refaites tous les ans ou tous les deux ans, selon les cas.

Deuxième solution : les ultrasons focalisés de haute intensité ou HIFU

Lorsque les injections de hyaluronidase sont inefficaces, ce qui se produit dans un tiers des cas environ, nous proposons des séances de HIFU (ultrasons focalisés de haute intensité)

Le nouveau matériel de HIFU dont nous disposons permet de travailler à différentes profondeurs de la peau : 4,5mm (muscles ou graisse selon les zones), 3mm (derme profond) et 1,5mm (épiderme) et à forte puissance.

Ces ultrasons de haute intensité provoquent une rétractation de chaque couche de la peau et stimulent la circulation sanguine et lymphatique.

La séance qui dure une trentaine de minutes est indolore.

Les résultats sont visibles à l’issue de la première séance et nous proposons une deuxième séance à un mois d’intervalle pour effacer complètement les poches.

Les résultats sont durables. En entretien, nous proposons de refaire ces séances tous les ans ou tous les deux ans.

En prévention, nous rappelons quelques conseils très simples à suivre pour retarder la réapparition des poches malaires :

  • Faire de bonnes nuits et aérer la chambre avant de se coucher
  • Limiter sa consommation de sel, surtout au dîner, limiter sa consommation d’alcool
  • Dormir sur un oreiller surélevé
  • Se démaquiller soigneusement les yeux chaque soir et penser à les reposer à l’aide d’un masque réfrigérant, lequel peut aussi être utilisé par les hommes soucieux de conserver la jeunesse de leur regard.

Docteur Catherine de Goursac

 

Défroissage « du visage sur aspect fripé »

 

intro-rides

A mesure que le temps passe, les rides font leur apparition. Les rides superficielles sont accentuées par certain facteurs extrinsèques comme le soleil, la pollution ou le tabac et deviennent très visibles, en forme d’accordéon, au niveau de l’extérieur de l’œil et de la joue . Ces rides disgracieuses s’intensifient quand nous sourions et avec le temps mais il est possible de retarder leur progression et de les atténuer. On parle de « défroissage ». Un protocole associant plusieurs techniques s’est révélé efficace. On utilise dans un premier temps, le microneedling, puis un peeling et de la radiofréquence.

 

 1. Le Microneedling / Mésothérapie

Le microneedling permet de stimuler chaque couche de la peau en créant des microperforations sur différentes profondeure de la peau avec des aiguilles de tailles différentes. On y associe le mésolift, cette technique de mésothérapie vise à stimuler le derme grâce à une solution nutritive contenant de l’acide hyaluronique, des vitamines, des micronutriments, des acides aminés etc…. Cette solution pénètre dans chaque couche de l’épiderme et du derme grâce à l’ouverture de canaux de différentes profondeur (jusqu’à 2 mm) par l’utilisation d’un stylo électrique de microneedling.

 

 2. Le peeling

Nous pouvons associer le microneedling à  un peeling très léger pour renforcer ses effets. La peau va desquamer dans les trois à cinq jours suivant la séance et il faudra la protéger du soleil durant un mois.

 

 3. La radiofréquence

Le troisième soin est indiqué pour le relâchement cutané du visage. Les ondes de radiofréquence pénètrent en profondeur dans le derme et stimulent les fibroblastes, cellules responsables de la synthèse de collagène. La synergie est optimum avec le microneedling.

 

4.  Préparation

Le soin ne nécessite pas de préparation particulière, mais une crème anesthésiante peut être appliquée une heure avant.

 

5. Les suites

Le patient présente un érythème pendant quelques heures, doit se protéger du soleil et appliquer une crème cicatrisante pendant une semaine. Le soin est à répéter 4 à 5 fois avec un intervalle de 15 jours minimum.

 

 

 

LE RAJEUNISSEMENT DES MAINS

rajeunissement_des_mains
Introduction

En général, nous ne soignons pas nos mains correctement, alors qu’elles sont en perpétuel mouvement, jamais cachées, et soumises aux intempéries. Elles vieillissent plus vite que le visage et trahissent notre âge sans le vouloir. Ainsi, la demande pour la prise en charge du vieillissement des mains augmente. On agira sur le lentigo (tache de vieillesse) , le relâchement, la qualité du derme et les veines trop apparentes.

- Les causes du vieillissement :

La peau des mains vieillit plus tôt que le reste du corps. En effet, les mains sont directement sujettes à des agressions mécaniques extérieures tels que les intempéries, le toucher, les lavages à répétition, à des agressions chimiques tels que la pollution, le tabac et les produits chimiques, et à des agents infectieux tels que les WC, le métro etc…La peau des mains est fine et elle la protège mal des agressions. De plus, l’eau dure peut modifier la barrière protectrice du derme, qui est  le film hydrolipidique.

- Les signes du vieillissement :

Il se manifeste par un affinement du derme des mains et la survenue de taches brunes d’hyperpigmentation, vers 40 ans. Les taches sont le signe de l’exposition aux UV. A 50 ans, suite à une fonte musculaire les veines et les tendons deviennent plus visibles (« squelettisation des mains »). La tonicité cutanée diminue et la peau se plisse et se froisse.

Il est tout à fait possible de rajeunir l’aspect de nos mains grâce à différentes méthodes.

Le lifting des mains :

Pour une revitalisation complète des mains, on associe plusieurs techniques. Tout d’abord, nous allons traiter les taches puis, nous allons nous attaquer à la fonte musculaire en effectuant un remplissage du dos de la main et nous travaillerons sur la qualité de la peau grâce au peeling, à la carboxythérapie, à la radiofréquence et au mésolift.

- Les taches pigmentaires :

Pour éliminer ces taches disgracieuses, le laser est très efficace. En seulement deux séances, la majorité des taches seront estompées. Des petites marques seront visibles pendant quelques jours à 2 semaines après les séances.

- les injections pour repulper le derme :

Des injections d’acide hyaluronique ou de Radiesse permettent de cacher les veines et tendons et de masquer la fonte musculaire des mains. Ces produits vont combler, repulper la main et stimuler le derme en une séance seulement. L’opération est à renouveler tous les ans. On note une présence d’écchymoses dans de très rares cas.

- le peeling :

Nous pouvons lutter contre l’aspect froissé et la peau fine de la main grâce à un peeling  spécifique. Il va densifier le derme en stimulant toutes les structures de la peau. Aucune préparation n’est  nécessaire pour ce soin. Il dure environ 30 minutes et il est tout à fait supportable. On constate la présence d’un érythème durant quelques heures après la séance, ainsi qu’une desquamation légère  3 à 5 jours après. Il est conseillé d’appliquer une crème cicatrisante les jours qui suivent le peeling et le soleil est contre-indiqué pendant un mois. Le protocole est de 3 peeling à un mois d’intervalle.

- La carboxythérapie :

Elle peut s’associer à un peeling et permet de combattre le relâchement cutané. Elle consiste à des petites injections en sous-cutané de gaz carbonique. Le soin n’est pas très agréable et il est à répéter 6 fois. Il peut apparaître des ecchymoses pendant les quelques jours.

- Le mésolift :

Il correspond à l’injection d’acide hyaluronique et de poly-vitamines pour revitaliser le derme. On note un léger érythème durant quelques heures après la séance.

- La radiofréquence :

Il s’agit d’ondes électromagnétiques qui vont chauffer le derme en profondeur pour le redensifier. Ce soin est très agréable, sans effets secondaires (à part un bref érythème) et le protocole est de 4 à 6  séances à une semaine d’intervalle environ.

Le traitement des taches  brunes des mains

Les taches d’hyperpigmentation au niveau des doigts et de la face dorsale de la main sont les marqueurs de l’exposition aux UV et du temps qui passe. Il est préférable de ne pas attendre d’avoir les mains trop recouvertes de taches avant de commencer à les traiter.

Il existe trois méthodes différentes pour enlever ces taches pigmentaires : le laser, la cryothérapie et le peeling.

- Le laser : Le  laser fonctionne en captant le pigment de la tache. Il faudra donc que les taches soient assez brunes pour recourir à cette méthode.

- La cryothérapie : Elle consiste à givrer  la couche superficielle de la peau en lui appliquant un coton tige trempé au préalable dans de l’azote liquide.

- Le peeling :

Il s’agit d’appliquer une solution chimique, l’acide trichloroacétique, sur la peau. Il va diminuer l’intensité des taches et il permet de rajeunir les mains.

Le site traité sera recouvert de croutes puis d’un érythème pendant au moins 3 semaines.

3° Repulper les mains

Nous pouvons lutter contre la « squelettisation » des mains qui laissent apparaitre les tendons et les veines des mains. On « repulpe » les mains en utilisant des fillers comme l’acide hyaluronique ou l’hydroxyapatite de calcium qui durent environ 12 à 18 mois.

Ces fillers vont permettent de recréer du volume et ils engendrent une biostimulation du derme qui va augmenter la synthèse d’acide hyaluronique endogène et de collagène grâce aux fibroblastes. La peau est plus tonique et plus élastique.

- L’acide hyaluronique :

Ce filler agrée par la FDA est le plus connu et il s’injecte facilement dans le derme profond de la main.

- L’hydroxyapatite de calcium ( radiesse ®) : 

Ce filler, aussi approuvé par la FDA, biocompatible, non toxique et non allergisant, est composé à 70% de gel aqueux et à 30% de microparticules d’hydroxyapatite de calcium.

 

 

 

AVOIR DES BELLES FESSES

augmentation-fesses-tunisie-3

Avec l’âge, la peau du corps se relâche, les fesses « tombent » et deviennent moins rebondies. Heureusement il existe des techniques bien spécifiques pour les embellir. Nous pouvons agir sur la cellulite, les vergetures, le volume et le relâchement cutané.

Il est bien sûr conseillé de les remodeler grâce à une pratique sportive régulière dans un premier temps, puis d’utiliser des soins médicaux adaptés.   

Pour la cellulite :

Nous pouvons l’éliminer tout en gardant un beau volume de fesses. Il suffit d’associer de la carboxythérapie et de la radiofréquence pour détruire les adhérences adipeuses en profondeur.

La carboxythéapie consiste à des injections en sous cutanée de CO2 pour neutraliser les adhérences. La radiofréquence va remodeler la peau en surface (comme un palper rouler). Pour un maximum d’efficacité, il est utile d’effectuer au moins 6 séances à une semaine d’intervalle.

 

Pour les vergetures :

Plus les soins sont proches de la date d’apparition des vergetures, plus ils seront efficaces. On utilise aussi une association de traitements qui comprend, la carboxythérapie, le micro-needling et de la radiofréquence.

Le micro-needling est formé de plusieurs aiguilles qui vont créer des micro-perforations dans le derme à différentes profondeur pour aller stimuler les fibroblastes et induire une synthèse de collagène. La vergeture se retrouve atténuée, plus fine, plus lisse et moins colorée.

Pour les remonter :  

Les fils tenseurs sont très efficaces pour obtenir des fesses bien rebondies. On utilise les fils crantés qui provoquent une induction tissulaire. Ce soin nécessite une anesthésie locale et un nombre de fils important. Le résultat est optimal 3 à 6 mois après la séance, et il est nécessaire de répéter l’opération tous les ans ou tous les deux ans.

Pour diminuer le volume :

Il est tout à fait possible de diminuer les rondeurs au niveau des fesses. On peut les embellir grâce à différentes techniques tels que la cryolipolyse ou les ultrasons focalisés ( HIFU). La cryolipolyse détruit les adipocytes en « congelant » le bourrelet adipeux à – 5 ° C. Il est nécessaire d’effectuer au moins 3 séances à 3 semaines d’intervalle. Cette méthode est très efficace mais utilisable sur des zones localisées. Si le tissu adipeux est plus étendu, nous utiliserons plutôt les ultrasons (HIFU).  Ils permettent d’éliminer les adipocytes grâce à des ultrasons agissant à 7 mm ou 13 mm de profondeur. Pour des résultats convaincants, 2 à 3 séances à un mois d’intervalle sont nécessaires.

Pour le relâchement cutané :

Avec le temps, les fesses se ramollissent, deviennent plates et donnent cette impression d’affaissement. On remarque aussi souvent une augmentation du pli sous fessier.  Les fils tenseurs peuvent les remonter en deux ou trois séances à un mois d’intervalle. Ces fils sont en plus inducteurs tissulaires. Des petits hématomes peuvent apparaître les quinze premiers jours et les résultats seront optimum 6 mois après les séances.

L’hygiène alimentaire au cœur de la prévention anti-âge

Chicken Salad

De nombreux articles récents confortent le fait que notre intestin est un brillant deuxième cerveau bien plus complexe qu’on ne le pensait jusqu’alors. Mais comment utiliser à sa juste valeur la globalité de notre appareil digestif ? Comprendre tout le potentiel de prévention envers notre premier cerveau et ses processus cognitifs en adoptant une nutrition boostée. Nous verrons ensemble quelques recommandations pouvant se montrer protecteur dans l’apparition des troubles cognitifs liés au vieillissement et prévenir l’installation de troubles cognitifs plus importants en dehors d’un vieillissement « en santé ».

Il est noté que l’installation de troubles liés à une démence s’installe en une vingtaine à trentaine d’années sans laisser percevoir un début des processus neurodégénératifs. Ainsi, la prévention aura pour but de ralentir le déclin cognitif, et prévenir l’apparition de démence ayant un taux d’apparition beaucoup élevé chez les personnes présentant des troubles cognitifs léger.

L’alimentation : la stratégie au long terme dans la prévention neurodégénérative

Des nutriments ont révélé leur importance dans le bon fonctionnement cérébral. Ainsi, un apport augmenté en vitamine E, en acide docosahexaénoïque (DHA) et en folates (vitamines B9) est bénéfique pour l’ensemble du cerveau et du corps. La vitamine E se trouve dans de nombreux fruits à coque telles que les amandes, les noisettes, ou bien dans les huiles végétales (huile de germes de blé, huile de tournesol…), ainsi que dans les avocats et les asperges. La DHA est un acide gras essentiel pour le cerveau. Il est constitue une très grande partie du cortex cérébral et n’est malheureusement pas produit en assez bonne quantité sans apport externe nutritionnel. La consommation de poisson est essentielle en ce sens et la présence de DHA se retrouve surtout dans des poissons gras tels que le saumon, le hareng, les sardines, les huitres par exemple. La DHA est optimale dans sa forme native, c’est-à-dire issue des aliments et non dans les compléments alimentaire. Les vitamines B9, aussi appelés acide folique sont principalement apporté dans l’organisme grâce à l’alimentation. Ils permettent de protégé les personnes d’un risque de dépression, d’avoir un effet protecteur des maladies cardio-vasculaire ainsi que prévenir le risque de maladie d’Alzheimer (en diminuant le taux d’homocystéine circulant dans le sang) en favorisant une prise au long cours. Les folates se retrouvent principalement dans les haricots blancs, germes de blé, épinards, lentilles petits pois, asperges par exemple.

Enfin l’apport des caroténoïdes (présents dans les carottes, les courges, la chaire du saumon, les tomates, le pamplemousse…), les acides gras mono-insaturés (présents dans l’huile de colza, maïs et d’olive…) et de la vitamine D (majoritairement synthétisée dans l’organisme par l’exposition solaire, et par l’apport alimentaire tel que les huiles de foies de morue, le thon et le beurre) sont aussi un facteur protecteur du déclin cognitif.

Enfin, d’autres apports permettent de protéger plus largement le système nerveux central et périphérique (encéphales, la moelle épinière, nerfs et ganglions) tels que les antioxydants (vitamine C, vitamine E et tocophérols (autre type vitamine E), les tanins (thé, café, cacao…), et les béta-carotènes…), la vitamine B12 (présents dans les viandes, poissons, produits laitiers…). Le principe est donc de protéger le cerveau tout en conservant les nerfs et gaines de connexion (gaines de myéline et synapses neuronales) dans le reste du corps en les protégeant des dégradations neurofibrillaires.

En conclusion ; l’apport complémentaire grâce à l’alimentation de certaines substances semblent devenue essentielle dans notre mode de vie actuel pour tenter de préserver au maximum nos fonctions cognitives. Cependant, il est important de comprendre que ces habitudes nutritives doivent être adoptées très tôt dans la vie pour prévenir des années après de troubles cognitifs. De plus, il est fortement recommandé de prendre conseil auprès de votre médecin anti-âge qui ciblera par un bilan sanguin approfondi, les carences dont vous souffrez et vous proposera des suppléments ou un rééquilibrage alimentaire adapté à votre situation. Un surdosage en vitamine E ou vitamine B12 peut être délétère pour la santé tout comme une carence prononcée.

Tour d’horizon sur les traitements d’amincissement chez l’homme

Les techniques pour remodeler la silhouette

amincissement-1

Les hommes ont tendance avec l’âge et une habitude alimentaire trop riche à stocker les glucides dans des zones précises de la partie médiane du corps. Même un bon métabolisme de base ne parvient plus à vaincre l’apparition de petits bourrelets graisseux localisés comme le sont les poignées d’amour et l’abdomen. Cependant pour cette dernière localisation, il faut faire la distinction entre la graisse abdominale sous cutanée et donc traitable et la graisse abdominale intra-viscérale et celle-ci n’est traitable qu’avec un régime et du sport.

Un protocole d’amincissement complet comprend le traitement médical esthétique de la zone à traiter ainsi qu’une prise en charge globale comprenant l’hygiène alimentaire et l’exercice physique afin de raffermir la peau. La médecine esthétique pourra ainsi apporter de réelle solution afin de remodeler durablement la silhouette des hommes quand le sport et les régimes alimentaires ne suffisent plus.

 

Quels traitements sont proposés aux hommes en médecine esthétique ?

Les ressources en médecine esthétique s’étoffent de plus en plus et propose une large gamme de technique médicale s’adaptant à de nombreuse zone du corps. En fonction des zones à traiter plusieurs possibilités s’offre à vous. De plus, la médecine anti-âge et un bilan hormonal sanguin peuvent expliquer une prise de poids soudaine chez les hommes de plus de 45 ans. En effet, une baisse de production de la testostérone peut impacter la silhouette.

La radiofréquence

C’est par la chaleur que la radiofréquence active les cellules responsables du raffermissement dermique. La technique de la radiofréquence permet de chauffer le derme à une forte intensité et en profondeur sans léser et brûler l’épiderme. La peau se raffermit progressivement après une cure de 6 séances. La stimulation par la chaleur des ondes radio favorise la régénération du collagène et augmente le métabolisme de base sur la zone traitée. Ainsi, localement les cellules sont plus actives et sont d’avantage consommatrice de glucides. Quant à certaines cellules graisseuses, si elles sont déjà affaibli par un régime, elles peuvent être vidées voire détruites. De plus, la radiofréquence a la propriété de drainer les tissus engorgés et d’avoir une action bénéfique sur les cellulites mixtes et aqueuses. Enfin, l’effet de la chaleur produite par les ondes radio est décuplé, lorsque la séance de radiofréquence est associée à une technique mécanique de vacuum. Ce principe aide à détruire les adipocytes et mieux éliminer du métabolisme les cellules graisseuses affectées. Nous préférerons user de cette technique médicale sur un pli graisseux légèrement induré et fibreux, souvent après une liposuccion par exemple. Elle permettra de retrouver une peau lisse et ferme, tout en réduisant le volume.

amincissement-2

La cryolipolyse

Cette technique médicale s’adresse à des zones localisées d’amas graisseux comme les poignées d’amour ou la gynécomastie. La cryolipolyse est sans danger. Des cryodes refroidissent la peau vers des températures de – 3 à – 5°C pour abaisser la température en profondeur jusqu’à +5°C des bourrelets graisseux de manière quasi indolore. Le ressenti est seulement celui du vacuum donc comme un suçon. Elle s’adapte d’autant plus que le pli est souple et peu fibreux comme la barrière abdominale ou les poignées d’amour. Chez l’homme, ce sont des zones très fréquemment traitées par la cryolipolyse car souvent résistantes à la perte de poids et l’exercice. En fonction de la mesure retenue par l’adipomètre qui est la mesure du pli adipeux, deux à trois séances seront probablement effectuées à trois semaines d’intervalle pour permettre la lyse graisseuse suffisante pour une perte de volume. L’élimination des cellules détruites par la cryolipolyse s’effectue dans les mois qui suivent chaque séance. Il faut alors attendre au moins trois mois pour observer les premiers résultats, jusqu’à 6 mois pour un résultat optimum et durable.

Les ultrasons focalisés

Les ultrasons focalisés reprennent la technologie de l’High Intensity Focused Ultrasound, qui est globalement une nouvelle technique d’amincissement car les performances ont été profondément augmentées. En ciblant chaque profondeur des couches successives de la peau et atteignant les cellules adipeuses avec des profondeurs spécifiques de 13 mm, 7 mm, 4.5 mm, 3 mm et 1. 5 mm, une grande superficie du corps peut ainsi être traitée. En induisant une micro-coagulation très focalisée, la peau se rétracte considérablement, la graisse est en partie détruite et induit un amincissement de la zone traitée dès une heure à une heure et demi de traitement. Les zones préférentiellement traitées sont les poignées d’amour, l’abdomen, d’autant plus s’il existe un relâchement cutané associé après une perte de poids conséquente. Durant la séance, des picotements sont ressentis et la peau peut être légèrement rosée à la fin du traitement. Cela s’estompe généralement dans la journée qui suit. Les résultats s’installent rapidement et sont optimaux après deux à 6 mois. La radiofréquence, technique vue précédemment est très intéressante à associer sur certaine zone avec un pli adipeux plus important. En effet, les ultrasons ayant immédiatement fragilisés les cellules graisseuses facilite le passage des ondes radios afin de faciliter leur liquéfaction et leur évacuation de l’organisme.

docteur-de-goursac-165x250

Le docteur Catherine de Goursac est une pionnière de la médecine esthétique qu’elle pratique dans son cabinet parisien.

Auteure de nombreuses publications scientifiques en langue française, anglaise et russe, elle présente sa vision prospective, chaque année depuis 25 ans, dans les congrès internationaux de médecine esthétique et Anti-Age, sujets qui la passionnent.

Le Docteur Catherine de Goursac fait partie des instances dirigeantes de plusieurs sociétés savantes. Elle a publié de nombreux ouvrages destinés au grand public, notamment : « La médecine anti-âge », « L’esthétique au masculin » aux Editions Ellebore et « Les secrets de la dermonutrition » chez Vuibert.

Elle est Membre du conseil d’Administration de l’AFME (Association Française de Médecine Esthétique) et de la FSMEA (Fédération Syndicale des Médecins Esthétiques et Anti-Age)

 

 

Source : http://www.esthetiquehomme.com/reduction-poignees-amour/

Age réel / âge biologique ?

750x500-55a933831cf1c

Une étude publiée dans « Proceedings of the National Academy of Sciences » révèle l’importance du calcul de l’âge biologique chez les sujets jeunes dans la prévention de l’apparition des maladies liées au vieillissement.

Cette étude menée, par le professeur Daniel Belsky a identifiée 18 marqueurs biologiques spécifiques de l’âge biologique entraînant des maladies chroniques avec entre autre, le fonctionnement des organes, le taux de cholestérol, l’état cardiovasculaire, la fonction immunitaire, et la longueur des télomères. En les analysants, il remarque que lorsque les personnes ont la quarantaine, leur âge biologique peut varier de « 28 à presque 61ans ». Ceci s’expliquerait par le fait que le corps vieillirait beaucoup plus tôt qu’on ne le pense, et donc que l’âge biologique augmenterait plus rapidement que l’âge réel.  De plus, l’étude révèle également que les personnes à partir de la quarantaine ont tendance à vieillir plus rapidement tant sur le plan physique que cognitif.

La plupart des études sur le vieillissement déjà menée auparavant portaient sur des sujets âgés de 70 ans. Cependant, le professeur Belsky, au vue des résultats observés lors de ces études, pense qu’il serait plus intéressant d’étudier au contraire l’âge biologique des sujets jeunes. En effet, ceci permettrait selon lui, de déterminer les causes du vieillissement, et de déceler et prévenir certaines maladies. Ceci constituerait ainsi une avancée tant pour les industries pharmaceutiques et cosmétiques, que pour les différentes thérapies anti-âge.

La mesure de l’âge biologique chez les sujets jeunes, s’avère donc être un excellent marqueur du vieillissement cutané. Son calcul, lors d’un examen médical devrait être proposé de manière systématique, afin de prévenir au mieux l’arrivée des maladies liées à l’âge.

Source: Body language, The UK and International Journal of Medical Aesthetics and Anti-Ageing, September 2015

Mise en lumière sur l’impact des UV sur l’ADN

UV-c-viperagp-Fotolia.com_

Le soleil émet un rayonnement électromagnétique qui se décompose, entre autre, de rayonnement ultraviolet de trois types, nous distinguons les UVA, les UVB, et les UVC. Des scientifiques de l’Université de Newcastle ont mis en évidence l’impact des rayons ultraviolets sur l’ADN ainsi que les dommages qui peuvent s’y ajouter. Une étude publiée dans « The Journal of Investigative Dermatology », à étudiée l’impact des UV sur des cellules humaines de l’épiderme et du derme.

Celle-ci confirme que l’exposition prolongée aux UV aurait un impact direct sur le vieillissement cutané, on parle d’ailleurs de photo vieillissement cutané. Les rayons du soleil pénètrent dans les cellules ce qui entraîne une diminution des fibroblastes, et donc une diminution de la production d’élastine et de collagène et ainsi engendre un vieillissement prématuré de la peau marquée par l’apparition de rides, ou encore de tâches, ainsi qu’un relâchement cutané. Par ailleurs, ces expériences ont révélées que les UVA /UVB, entrainent la production de radicaux libres, ainsi que des mutations au sein des cellules pouvant être à l’origine de la formation de cancer de la peau.

Le professeur de Dermatologie moléculaire de l’université de Newcastle, Mark Birch-Machin, affirme que l’étude approfondie des différents spectres UVA/UVB sur les dégâts de l’ADN s’avère être un atout précieux pour les industries pharmaceutiques et cosmétiques.

Sources: Body Language, The Uk and International Journal of Medical Aesthetics and Anti- Ageing, September 2015.

LA REPOUSSE PARADOXALE – une menace cachée de l’épilation

epilation-laser4

La repousse paradoxale est un phénomène peu connu du public, il est donc source d’inquiétude lorsqu’il se produit. Imaginez, par exemple, que vous ayez fait une épilation au laser sous le menton pour les femmes ou sur les épaules pour les hommes (zone dite de stimulation hormonale) avant l’été et que quelques semaines plus tard vous découvriez de nombreux poils noirs sur les zones traitées et voire même sur les zones adjacentes, là où vous n’aviez que du duvet, quelle mauvaise surprise!

C’est ce que l’on appelle la repousse paradoxale : une apparition de poils fins et longs, sur une zone non traitée mais proche d’une zone épilée, quelques semaines ou quelques mois plus tard. Ce phénomène ne se produit pas seulement avec l’épilation laser mais avec toutes les autres méthodes : épilation à la cire, à la pince au rasoir ou à l’aide d’épilateurs électriques.

Il ne se passe pas une semaine sans que nous recevions des appels téléphoniques désespérés de femmes ou d’hommes victimes de cette repousse paradoxale dont on ne leur a jamais parlé. Ils ont même des difficultés à s’exprimer car ils pensent que leur cas est isolé et ils en ont honte.

En réalité ce phénomène est assez fréquent, notamment après une épilation au laser, lorsque certaines précautions n’ont pas été prises. Dans ce cas, le laser, en passant sur une zone isolée, comme le menton, va entraîner la stimulation de poussée de poils sur une zone plus éloignée, par exemple le cou. Autre cas fréquent : chez un homme, une épilation au laser du bas du dos peut être à l’origine de l’apparition de poils noirs et drus sur les épaules!

Il faut donc savoir qu’il existe, chez la femme et chez l’homme, des zones particulièrement sensibles à la stimulation paradoxale, ce sont:

  • Chez la femme : le visage dont le maxillaire inférieur, voire les pommettes, le cou et la face haute et latérale externe des cuisses, les aréoles des seins et la ligne ombilicale
  • Chez l’homme : les épaules (zone des deltoïdes) et le haut du dos

Toutefois cette repousse paradoxale n’est pas systématique mais il existe des facteurs favorisants.

Quels sont les facteurs favorisants?

  • Une peau mate
  • Des poils génétiquement fins ou des poils intermédiaires
  • L’usage d’une lampe flash ou une énergie de laser basse
  • Un mauvais système de refroidissement
  • Un déséquilibre hormonal
  • Un poil sentinelle (poil isolé dans une zone sans poil mais porteuse d’un fin duvet, par exemple sur la joue)

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter cette stimulation?

Nous évitons d’abord d’épiler le duvet sur le visage ou sur les épaules d’une personne à la peau mate. Et pour ces personnes à peau mate, nous utilisons un laser spécial, le laser Yag. Nous déconseillons aux personnes très jeunes, en instabilité hormonale, de se faire épiler.

Et si nous devons épiler ces zones sensibles, nous utilisons des énergies élevées et des systèmes de refroidissement puissants. Nous sommes équipés pour cela d’un Laser Alexandrite couplé à un laser Yag associé à un système de refroidissement intense (air froid).

Avant une séance d’épilation, toujours sur ces zones sensibles, nous appliquons des glaçons en périphérie et autour de la zone traitée. Des études prouvent en effet que la chaleur délivrée par le laser peut se disperser sur une zone contigüe et y stimuler le duvet installé.

Comment traiter cette repousse paradoxale?

Première précaution : nous proposons à nos patients de refroidir la zone traitée et les zones avoisinantes à l’aide de glaçons pendant cinq minutes.

Deuxième précaution : le choix du laser, en fonction de chaque phototype : laser Alexandrite pour les peaux clairs et le laser Yag en cas de poils foncés mais l’association des deux lasers optimise les résultats.

Troisième précaution : le diamètre de la pièce à main doit être adapté à la taille du poil. Le temps de pulse doit être le plus faible possible par rapport au phototype de façon à délivrer l’énergie nécessaire à la destruction du poil dans un minimum de temps. Utilisation de fluences très élevées couplées à un système de refroidissement intense (air froid).

Enfin, nous refroidissons la zone épilée et les zones environnantes à l’aide de glaçons pendant cinq minutes, toujours pour éviter que la chaleur émise par le laser ne se propage avec le risque de stimulation de repousse que cela peut entrainer.

Combien faut-il de séances?

Pour éliminer cette repousse paradoxale, il faut au moins quatre séances espacées de deux à trois semaines en phase d’attaque, puis on arrête pendant six semaines ; on constate alors que la repousse définitive a considérablement diminué ; elle sera éliminée en quelques séances plus espacées. Ces résultats sont donc très satisfaisants.

La repousse paradoxale ne devrait donc pas se produire si toutes les précautions avaient été prises avant, pendant et après l’épilation. Le choix d’un centre d’épilation laser est donc très important : un bon diagnostic, un bon matériel et de bons praticiens sont une garantie contre ce phénomène de repousse paradoxale, trop peu connu mais hélas encore trop fréquent.