Comment mettre fin à son double-menton ?

médecine esthétique (33)

Peut-on se débarrasser d’un double menton ? Quelles sont les techniques aujourd’hui disponibles pour atténuer ou éliminer un double menton ?

Véritable disgrâce, le double menton qu’il soit léger ou prononcéest souvent mal accepté par ceux qui le portent.

Comment se forme le double menton ?

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine du double menton. Le plus connu est bien évidemment celui de la prise de poids qui se manifeste par un amas de graisses à différents endroits du corps dont très souvent en arrière du menton. Il peut être également dû à un relâchement cutané ou d’ordre génétique.

Mais bonne nouvelle : affiner et retendre cette partie du visage est désormais possible.

Comment se débarrasser d’un double menton ?

 Différentes techniques douces, non invasives de raffermissement voire d’amincissement, peuvent être très efficaces sur une peau qui est encore suffisamment élastique.

  • La Cryolipolyse (technique de médecine esthétique qui supprime définitivement les amas graisseux localisés. La cryolipolyse utilise l’action destructrice du froid sur les cellules graisseuses pour supprimer les tissus adipeux).
  • La carboxythérapie (injection de CO2 pour améliorer la micro circulation locale, le relâchement cutané et diminuer un peu le volume).
  • La radiofréquence (destruction des cellules graisseuses par la chaleur et stimulation de la synthèse de collagène).
  • La mésothérapie (injection de principes actifs).
  • Les HIFU (Ultrasons Focalisés de Haute Intensité ) pour tonifier la peau et faire fondre la graisse. Les ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU) permettent de stimuler la sécrétion de nouvelles fibres de collagène et de réduire les cellules graisseuses, dans le but d’obtenir une remise en tension des tissus cutanés, de manière non invasive : un véritable lifting sans chirurgie pour le visage et en particulier pour la région sous mentonnière.
  • Les fils tenseurs : Si le double menton est majoritairement causé par le relâchement cutané, le traitement le plus approprié est la pose de fils tenseurs résorbables d’autant qu’ils améliorent la qualité de la peau.

L’avantage est que ces méthodes, qui nécessitent toutes plusieurs séances, peuvent être combinées entre elles pour obtenir un résultat très personnalisé, tenant compte de l’anatomie de chacun et des objectifs recherchés.

 La disparition du double menton est-elle définitive ?

Dans un sens oui, toutes les techniques employées font disparaître définitivement des cellules graisseuses et retendent plus ou moins la peau. En revanche, le vieillissement se poursuit, lequel peut donner lieu à un nouveau double menton au bout de 5 ans voire une dizaine d’années.

 

A quel âge faut-il avoir recours à la médecine esthétique ?

FILS TENSEURS

En 10 ans, le marché de la médecine esthétique a doublé avec une croissance portée par l’évolution des techniques et la fréquentation accrue des moins de 35 ans. Mais la France reste bien loin derrière le Brésil, les États-Unis et certains pays asiatiques où les femmes qui fantasment sur les visages sans rides, entament les procédures dès leurs 25 ans .

En France, les moins de 35 ans osent de plus en plus les actes de médecine esthétique : en premier lieu ce sera les peelings pour avoir une belle peau, un coup d’éclat et gommer les imperfections puis viennent les injections avant même parfois l’apparition d’une première ride, grâce au mésolift pour « doper » la peau. L’influence des réseaux sociaux sur l’estime et l’image de soi chez les millenials joue un grand rôle. Les moins de 35 ans sont devenues actrices et non plus spectatrices de leur vieillissement. Leur hantise, ce sont les rides d’expressions qui, leur donnent un air fatigué, soucieux, triste.

La toxine botulique peut alors éliminer tempo­rairement la ride du lion, et l’acide hyaluronique combler les sillons nasogéniens en donnant des résultats immédiats. Cette génération Y veut bien avoir leur âge, mais pas en avoir l’air.

En réalité, peu importe l’âge que vous ayez 20 ans, 30 ou 40 ans , l’idée est de traiter la ride naissante au moment où elle apparaît pour empêcher la ride de se marquer. C’est juste une question de  bon sens et de mesure (sans effacer les expressions positives).

En effet, la tendance est à la prévention, et non plus seulement à la correction : il s’agit plutôt d’accompagner le vieillissement en gommant ses premiers signes, et uniquement ceux qui sont dérangeants, par exemple une ride du lion trop marquée qui donne l’air stressé, mais surtout pas une patte-d’oie qui apparaît dès que l’on sourit. Ce qui participe au charme du regard.

En commençant tôt les soins esthétiques, on arrive à gommer les effets du temps avec des techniques plus légères et plus douces qui donnent un résultat  naturel

Pour obtenir le même résultat à un âge plus avancé, il faudra y aller un peu plus fort car lorsqu’une ride est installée, il n’est pas toujours facile de la déloger .

Agir maintenant, par petites touches, sans attendre que les rides soient vraiment creusées, en prévention, c’est en synthèse le credo de la médecine esthétique actuelle.

Fausses idées reçues de la médecine esthétique

FILS TENSEURS (3)

« Je ne veux pas ressembler à toutes ces femmes liftées ! » « Si j’arrête, je serai pire qu’avant » « de toute les façons c’est trop cher et c’est réservé aux stars… » Idées reçues, préjugés, a priori… voici souvent les raisons pour ne pas avoir recours à la médecine esthétique.  

« Je ne veux pas ressembler à toutes ces femmes liftées ! »

Alors que les techniques se veulent de plus en plus sophistiquées et non invasives, que les résultats sont de plus en plus naturels, la médecine esthétique est trop souvent perçue comme étant de la chirurgie qui va transformer les visages et donc être l’artifice d’une certaine catégorie de personnes qui n’acceptent pas de vieillir. La « french touch » est notre apanage et justement c’est tellement naturel que l’entourage dit juste « tu ne changes jamais ».

Volumes exagérés, visages figés,  trop lisses et sans charme …

Certains résultats exacerbés issus parfois de la chirurgie esthétique ou de médecin étranger,  sont clairement confondus avec la médecine esthétique qui donnent des résultats très naturels et harmonieux.

 

Médecine esthétique ≠ chirurgie esthétique

 La médecine esthétique ne se résume pas qu’à faire des injections sur le visage. Il existe  pléthore de soins pour le corps afin de :

- Traiter les conséquences du vieillissement (élasticité de la peau, relâchement cutané, vergetures…).

- Traiter des situations gênantes (hypersudation, pilosité importante).

- Sculpter et affiner votre corps (amincissement localisé, augmentation des fesses…).

Il est important de prendre soin de son corps de façon quotidienne pour pouvoir le préserver des modifications et l’améliorer.

« Si j’arrête, je serai pire qu’avant »

La médecine esthétique permet de mieux vieillir grâce à des solutions qui peuvent agir à la fois sur les causes et les conséquences du vieillissement.

Les injections d’acide hyaluronique par leur effet mécanique permettent de combler les rides immédiatement. Ces produits sont résorbables et leur action va donc diminuer avec le temps. L’acide hyaluronique est bio -identique au composant naturel du derme, celui est hydratant et bio-stimulant cutané.

L’effet qu’ils ont sur la peau après avoir été dégradés amène toujours une amélioration par rapport à la situation de départ.

« C’est trop Onereux , pas accessible»

Gommer les effets de l’âge, redessiner son visage, son corps : la pratique se banalise. « La patientèle a évolué : nous recevons tout type de patients et de classes sociale bien différentes » . On est tous concernés par  le vieillissement et « Le bien Vieillir » devient maintenant à la portée de tous. La gamme de prix varie selon la technique et les zones concernées et donc on trouve toujours un point à améliorer à portée de son porte-monnaie.

« C’est seulement pour les femmes »

« Ils sont chaque année plus nombreux à franchir la porte de notre cabinet et un peu près 20% de mes patients sont des hommes ». Bien informés sur les traitements de médecine esthétique plus pragmatiques que les femmes les hommes savent ce qu’ils veulent corriger et n’hésitent pas à discuter en toute franchise avec leur médecin. Le rapport des hommes à la beauté a changé et ils sont de plus en plus nombreux à prendre soin de leur apparence.

Le Dr Catherine de Goursac qui exerce la médecine depuis plus de 25 ans a notamment écrit un livre (l’Esthétique au masculin ) dédié aux  traitements efficaces pour une esthétique masculine.

Vous trouverez, plus en détails, les soins dédiés aux hommes en cliquant ICI

Nettoyage de peau dermatologique

mda

Principe

En médecine esthétique, le nettoyage de peau dermatologique est un véritable traitement de fond qui permet de traiter les irrégularités de la peau, et de résoudre les problèmes provoqués par l’acné. Les traitements  seront alors plus efficaces car pénétreront mieux au cœur de la cible.

Il est réalisé par un professionnel de santé et diffère d’un nettoyage simple effectué à domicile ou dans un centre esthétique.  En effet, il consiste à extraire les grains de milium (amas de cellules mortes présents sous forme de grains blancs inesthétiques) et les microkystes (comédons fermés) de la peau du visage, ce qui demande un savoir- faire précis et on termine le soin par une stérilisation des kystes avec de l’acide trichloro acétique.

 

Déroulement de la séance

La peau est démaquillée, nettoyée et désinfectée.

Une fois cette étape réalisée, le praticien procède au nettoyage de peau en profondeur du patient. Il est nécessaire d’ouvrir chaque microkystes ou grain de milium sans abîmer la peau,  à l’aide de la pointe d’un petit scalpel afin de les extraire un à un, manuellement ou à l’aide d’un outil dermatologique.

Cette extraction se fait sans douleur et ne nécessite aucune anesthésie locale. Il est possible d’appliquer une pointe d’acide trichloracétique (peeling) après extraction du microkyste, afin de détruire la glande sébacée qui produit le sébum et de diminuer les récidives.

Ce soin est contre indiqué pour l’acné inflammatoire.

 

Effets secondaires

Comme tout acte, des effets secondaires peuvent apparaître : érythème, inflammation, léger œdème et petites croûtelles transitoires.

Nous pouvons appliquer un masque à l’acide hyaluronique et des Led rouges pour calmer l’érythème. Des Led bleues peuvent être associées et sont aussi utilisées dans un but antibactérien.

 

Conseils post- acte et résultats

Appréciable dès la fin de la séance, la peau est plus lisse au toucher. Le visage peut  cependant être rosé, de quelques heures, d’où la nécessité d’appliquer une crème cicatrisante pendant les jours qui suivent et d’arrêter ses cosmétiques habituelles.

Ce soin est à répéter plusieurs fois jusqu’à satisfaction du patient. Il est indispensable dans la bonne prise en charge de l’acné.

 

LES TRAITEMENTS DES POCHES MALAIRES

poches-malaires

Les poches malaires sont ces sortes de petits sacs gonflés qui se situent sur le haut des pommettes, à ne pas confondre avec les poches sous les yeux (ou poches sous palpébrales). Ces poches ont plutôt mauvaise réputation car elles se forment souvent sur le visage des alcooliques mais pas toujours ! Elles sont dues à une accumulation d’œdème qui se transforme en graisse avec les années dans cette zone, souvent en raison d’un défaut du drainage lymphatique, ce qui est fréquent, chez les femmes comme chez les hommes, à partir d’un certain âge. Contre ces poches disgracieuses, pour lesquelles il n’existait jusqu’alors aucun traitement efficace, nous pouvons aujourd’hui proposer deux types de traitement :

  1. Des injections de hyaluronidase
  2. Des séances de HIFU, ultrasons focalisés de haute intensité

Première solution : injections de hyaluronidase

Dans les deux tiers des cas, selon mon expérience, les poches malaires peuvent être traitées par des injections de hyaluronidase, une enzyme capable de détruire l’acide hyaluronique fabriqué en excès, ce qui contribue à la formation des poches. La hyaluronidase dissout aussi fréquemment les œdèmes.

Cette substance n’est pas d’origine humaine, il est donc nécessaire de faire un test d’allergie sur l’avant-bras ; les résultats se lisent au bout de 48 h. .

Si le test est négatif, on peut commencer la correction des poches à l’aide d’injections de hyaluronidase, les aiguilles utilisées sont très fines et la séance quasi indolore. Cette correction se fait par paliers car la hyaluronidase est un produit très efficace qui « gomme » l’acide hyaluronique environnant. En procédant par étapes,  les poches diminuent de volume progressivement, la circulation sanguine et surtout lymphatique se fait mieux.

En principe, il faut prévoir deux séances à une semaine d’intervalle.

Les résultats sont visibles immédiatement et les effets secondaires sont rares. Parfois de petits bleus peuvent se former au niveau des points d’injection mais ils disparaissent en quelques jours.

Cette correction est durable et leur récidive dépend du mode de vie (nourriture salée, consommation d’alcool, stress avec excès de cortisol secrété, trouble du sommeil, ..). Ces injections peuvent être refaites tous les ans ou tous les deux ans, selon les cas.

Deuxième solution : les ultrasons focalisés de haute intensité ou HIFU

Lorsque les injections de hyaluronidase sont inefficaces, ce qui se produit dans un tiers des cas environ, nous proposons des séances de HIFU (ultrasons focalisés de haute intensité)

Le nouveau matériel de HIFU dont nous disposons permet de travailler à différentes profondeurs de la peau : 4,5mm (muscles ou graisse selon les zones), 3mm (derme profond) et 1,5mm (épiderme) et à forte puissance.

Ces ultrasons de haute intensité provoquent une rétractation de chaque couche de la peau et stimulent la circulation sanguine et lymphatique.

La séance qui dure une trentaine de minutes est indolore.

Les résultats sont visibles à l’issue de la première séance et nous proposons une deuxième séance à un mois d’intervalle pour effacer complètement les poches.

Les résultats sont durables. En entretien, nous proposons de refaire ces séances tous les ans ou tous les deux ans.

En prévention, nous rappelons quelques conseils très simples à suivre pour retarder la réapparition des poches malaires :

  • Faire de bonnes nuits et aérer la chambre avant de se coucher
  • Limiter sa consommation de sel, surtout au dîner, limiter sa consommation d’alcool
  • Dormir sur un oreiller surélevé
  • Se démaquiller soigneusement les yeux chaque soir et penser à les reposer à l’aide d’un masque réfrigérant, lequel peut aussi être utilisé par les hommes soucieux de conserver la jeunesse de leur regard.

Docteur Catherine de Goursac

 

Défroissage « du visage sur aspect fripé »

 

intro-rides

A mesure que le temps passe, les rides font leur apparition. Les rides superficielles sont accentuées par certain facteurs extrinsèques comme le soleil, la pollution ou le tabac et deviennent très visibles, en forme d’accordéon, au niveau de l’extérieur de l’œil et de la joue . Ces rides disgracieuses s’intensifient quand nous sourions et avec le temps mais il est possible de retarder leur progression et de les atténuer. On parle de « défroissage ». Un protocole associant plusieurs techniques s’est révélé efficace. On utilise dans un premier temps, le microneedling, puis un peeling et de la radiofréquence.

 

 1. Le Microneedling / Mésothérapie

Le microneedling permet de stimuler chaque couche de la peau en créant des microperforations sur différentes profondeure de la peau avec des aiguilles de tailles différentes. On y associe le mésolift, cette technique de mésothérapie vise à stimuler le derme grâce à une solution nutritive contenant de l’acide hyaluronique, des vitamines, des micronutriments, des acides aminés etc…. Cette solution pénètre dans chaque couche de l’épiderme et du derme grâce à l’ouverture de canaux de différentes profondeur (jusqu’à 2 mm) par l’utilisation d’un stylo électrique de microneedling.

 

 2. Le peeling

Nous pouvons associer le microneedling à  un peeling très léger pour renforcer ses effets. La peau va desquamer dans les trois à cinq jours suivant la séance et il faudra la protéger du soleil durant un mois.

 

 3. La radiofréquence

Le troisième soin est indiqué pour le relâchement cutané du visage. Les ondes de radiofréquence pénètrent en profondeur dans le derme et stimulent les fibroblastes, cellules responsables de la synthèse de collagène. La synergie est optimum avec le microneedling.

 

4.  Préparation

Le soin ne nécessite pas de préparation particulière, mais une crème anesthésiante peut être appliquée une heure avant.

 

5. Les suites

Le patient présente un érythème pendant quelques heures, doit se protéger du soleil et appliquer une crème cicatrisante pendant une semaine. Le soin est à répéter 4 à 5 fois avec un intervalle de 15 jours minimum.

 

 

 

LA REPOUSSE PARADOXALE – une menace cachée de l’épilation

epilation-laser4

La repousse paradoxale est un phénomène peu connu du public, il est donc source d’inquiétude lorsqu’il se produit. Imaginez, par exemple, que vous ayez fait une épilation au laser sous le menton pour les femmes ou sur les épaules pour les hommes (zone dite de stimulation hormonale) avant l’été et que quelques semaines plus tard vous découvriez de nombreux poils noirs sur les zones traitées et voire même sur les zones adjacentes, là où vous n’aviez que du duvet, quelle mauvaise surprise!

C’est ce que l’on appelle la repousse paradoxale : une apparition de poils fins et longs, sur une zone non traitée mais proche d’une zone épilée, quelques semaines ou quelques mois plus tard. Ce phénomène ne se produit pas seulement avec l’épilation laser mais avec toutes les autres méthodes : épilation à la cire, à la pince au rasoir ou à l’aide d’épilateurs électriques.

Il ne se passe pas une semaine sans que nous recevions des appels téléphoniques désespérés de femmes ou d’hommes victimes de cette repousse paradoxale dont on ne leur a jamais parlé. Ils ont même des difficultés à s’exprimer car ils pensent que leur cas est isolé et ils en ont honte.

En réalité ce phénomène est assez fréquent, notamment après une épilation au laser, lorsque certaines précautions n’ont pas été prises. Dans ce cas, le laser, en passant sur une zone isolée, comme le menton, va entraîner la stimulation de poussée de poils sur une zone plus éloignée, par exemple le cou. Autre cas fréquent : chez un homme, une épilation au laser du bas du dos peut être à l’origine de l’apparition de poils noirs et drus sur les épaules!

Il faut donc savoir qu’il existe, chez la femme et chez l’homme, des zones particulièrement sensibles à la stimulation paradoxale, ce sont:

  • Chez la femme : le visage dont le maxillaire inférieur, voire les pommettes, le cou et la face haute et latérale externe des cuisses, les aréoles des seins et la ligne ombilicale
  • Chez l’homme : les épaules (zone des deltoïdes) et le haut du dos

Toutefois cette repousse paradoxale n’est pas systématique mais il existe des facteurs favorisants.

Quels sont les facteurs favorisants?

  • Une peau mate
  • Des poils génétiquement fins ou des poils intermédiaires
  • L’usage d’une lampe flash ou une énergie de laser basse
  • Un mauvais système de refroidissement
  • Un déséquilibre hormonal
  • Un poil sentinelle (poil isolé dans une zone sans poil mais porteuse d’un fin duvet, par exemple sur la joue)

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter cette stimulation?

Nous évitons d’abord d’épiler le duvet sur le visage ou sur les épaules d’une personne à la peau mate. Et pour ces personnes à peau mate, nous utilisons un laser spécial, le laser Yag. Nous déconseillons aux personnes très jeunes, en instabilité hormonale, de se faire épiler.

Et si nous devons épiler ces zones sensibles, nous utilisons des énergies élevées et des systèmes de refroidissement puissants. Nous sommes équipés pour cela d’un Laser Alexandrite couplé à un laser Yag associé à un système de refroidissement intense (air froid).

Avant une séance d’épilation, toujours sur ces zones sensibles, nous appliquons des glaçons en périphérie et autour de la zone traitée. Des études prouvent en effet que la chaleur délivrée par le laser peut se disperser sur une zone contigüe et y stimuler le duvet installé.

Comment traiter cette repousse paradoxale?

Première précaution : nous proposons à nos patients de refroidir la zone traitée et les zones avoisinantes à l’aide de glaçons pendant cinq minutes.

Deuxième précaution : le choix du laser, en fonction de chaque phototype : laser Alexandrite pour les peaux clairs et le laser Yag en cas de poils foncés mais l’association des deux lasers optimise les résultats.

Troisième précaution : le diamètre de la pièce à main doit être adapté à la taille du poil. Le temps de pulse doit être le plus faible possible par rapport au phototype de façon à délivrer l’énergie nécessaire à la destruction du poil dans un minimum de temps. Utilisation de fluences très élevées couplées à un système de refroidissement intense (air froid).

Enfin, nous refroidissons la zone épilée et les zones environnantes à l’aide de glaçons pendant cinq minutes, toujours pour éviter que la chaleur émise par le laser ne se propage avec le risque de stimulation de repousse que cela peut entrainer.

Combien faut-il de séances?

Pour éliminer cette repousse paradoxale, il faut au moins quatre séances espacées de deux à trois semaines en phase d’attaque, puis on arrête pendant six semaines ; on constate alors que la repousse définitive a considérablement diminué ; elle sera éliminée en quelques séances plus espacées. Ces résultats sont donc très satisfaisants.

La repousse paradoxale ne devrait donc pas se produire si toutes les précautions avaient été prises avant, pendant et après l’épilation. Le choix d’un centre d’épilation laser est donc très important : un bon diagnostic, un bon matériel et de bons praticiens sont une garantie contre ce phénomène de repousse paradoxale, trop peu connu mais hélas encore trop fréquent.

L’Acide Hyaluronique pour les cernes creux !

injection-acide-hyaluronique-cernes

L’adage dit, « les yeux sont le miroir de l’âme », et or ils représentent la première chose que nous regardons chez son interlocuteur. Atout de séduction et véritable vecteur de communication, ils reflètent également l’état dans lequel nous sommes. Ainsi, s’ils sont marqués par des cernes creux ou foncés, ainsi que des rides, ils renvoient une image souvent triste ou même fatiguée ce qui ne reflètent pas toujours la réalité. De nos jours, il existe des solutions en médecine esthétique pour retrouver un regard plus pétillant et plus lumineux.

Le contour de l’œil caractérise la zone la plus fragile du visage. La peau qui l’entoure est extrêmement fine, et laisse parfois apparaître les vaisseaux qui l’irriguent. C’est la partie du visage qui se marque très rapidement avec l’âge. En effet, le vieillissement naturel de la peau entraîne une diminution progressive de la concentration en collagène dans les tissus, s’en suit une diminution de l’élasticité, provoquant ainsi un affinement cutané. En conséquence, les rides apparaissent, les cernes se creusent d’avantage. La vascularisation devient un peu déficiente et les cernes prennent une couleur gris-bleutée qui donne vite un air fatigué. Même si le vieillissement entraîne l’apparition des cernes, il est important de noter que ceux-ci ne sont pas obligatoirement dus à cette évolution mais peuvent être présent à tout âge. Les cernes peuvent se présenter sous diverses formes (creux, ou en forme de poches, froissés,…) ou coloris (bruns, gris-bleus, ombrés).

Les cernes creux ou froissés sont une bonne indication pour l’acide hyaluronique. Pour redessiner, redonner du volume, supprimer les creux, l’injection d’acide hyaluronique  offre des résultats satisfaisants sur le long terme.

Le contour de l’œil étant une partie du visage très sensible et fragilisée naturellement de part sa composition, l’injection d’acide hyaluronique dans cette zone est délicate. Il est de ce fait primordial que ce geste soit fait par un praticien expérimenté.

La zone du cerne étant dépourvu de hyaluronidase, l’acide hyaluronique sera donc peu dégradé ce qui explique les effets prolongés du produit.

L’acide hyaluronique est une molécule qui attire et retient l’eau, ce qui implique que lors d’une injection,  nous pouvons observer une augmentation du volume injecté dans les quelques mois qui suivent la séance. C’est pourquoi le praticien, préférera donc injecter peu la première fois, quitte à faire des retouches 1 mois après pour éviter toute sur corrections.

L’injection d’acide hyaluronique, se révèle donc une bonne solution pour pallier aux cernes creux ou froissés.

Source : AFME, janvier 2014

INJECTIONS ANTI-RIDES : QUE FAUT-IL SAVOIR SUR L’ACIDE HYALURONIQUE ?

Retrouvez cet interview sur e-santé en cliquant ici

Injections anti-rides : que faut-il savoir sur l’acide hyaluronique ?

Naturellement fabriqué par l’organisme, l’acide hyaluronique est utilisé en médecine esthétique depuis plus de 15 ans.

Il fait partie des traitements anti-âge les plus efficaces actuellement.

L’acide hyaluronique permet de combler les rides ou de rehausser les traits et de modeler le contour du visage.

Qu’est-ce que l’acide hyaluronique ?

Comme le collagène et l’élastine, l’acide hyaluronique est synthétisé par les cellules du derme. Cette molécule, élément essentiel de la substance fondamentale de la peau, agit en tant que tissu de soutien, en outre, elle a un fort pouvoir hygroscopique, c’est-à-dire qu’elle retient l’eau et contribue à l‘hydratation de la peau.

Or au fil du temps, la qualité de ce composant se dégrade et sa quantité diminue. Petit à petit, le derme s’altère, la peau s‘assèche et les signes de l’âge apparaissent : rides et ridules se creusent, les joues, les pommettes et les lèvres s’affinent et perdent de leur substance.

L’acide hyaluronique est repulpeur et volumateur
En réinjectant de l’acide hyaluronique dans le derme, on peut repulper le visage, lui rendre son aspect lisse et lui redonner de l’éclat. En effet, l’acide hyaluronique donne du volume par sa masse puisqu’il attire l’eau et réhydrate le derme. De plus, il stimule les fibroblastes, véritables usines à fabriquer l’élastine et le collagène.

 L’acide hyaluronique : incontournable en médecine esthétique

La médecine esthétique utilise depuis longtemps des matériaux de comblement pour regonfler les rides ou remodeler l’ovale du visage.

Reconnu pour son effet volumateur naturel, l’acide hyaluronique est aujourd’hui l’un des produits star de la lutte contre les effets du temps.

La molécule utilisée est une molécule de synthèse, ce qui évite les risques d’allergies, mais totalement bio, identique à celle que nous avons dans notre corps.

L’acide hyaluronique est entièrement résorbable
Sa durée de vie dépend de la façon dont il a été « réticulé », c’est-à-dire un peu comme une molécule que l’on aurait plus ou moins tressée (comme une natte de cheveux ou comme une corde de chanvre). Cette durée de vie se situe entre 9 et 18 mois pour les acides hyaluroniques de comblement des rides et entre 12 à 24 mois pour ceux qui sont des volumateurs.

C’est un produit de comblement très sûr
Les risques d’intolérance et de réactions inflammatoires sont très réduits, et ses effets sont réversibles.

Un usage différent selon sa concentration

Il existe différents types d’acide hyaluronique :

  • En fonction de sa réticulation – c’est-à-dire la manière dont les molécules sont liées entre elles – il sera utilisé de manière spécifique, pour corriger certains types de rides ou certaines zones du visage.
  • Non réticulé, l’acide hyaluronique intervient superficiellement afin d’hydrater le derme et de stimuler la synthèse des fibres (mésolift). Les Skinboosters permettront à la peau d’acquérir une certaine densité grâce à l’effet de bio-stimulation de cet acide hyaluronique.
  • Dans sa version fluide, il va être injecté en surface afin de combler les ridules, comme celles de la patte d’oie par exemple.
  • Plus dense, il va servir à remplir les rides moyennes et profondes comme les sillons nasogéniens.
  • Très dense, l’acide hyaluronique devient un « volumateur » permettant de restructurer le visage, créant une véritable charpente là où les creux sont apparus avec le temps : les pommettes ou l’ovale du visage.

Plus le produit est réticulé, plus il résiste à la dégradation enzymatique et reste donc plus longtemps dans les tissus.

Les injections d’acide hyaluronique en pratique

Le nombres d’injections

Le nombre d’injections dépend de la zone d’intervention et de la profondeur des rides à combler. Mais il faut généralement compter une à deux séances au départ, puis une séance annuelle en moyenne.
Nous utilisons maintenant des fines aiguilles voire des « nanoneedles » donc des aiguilles extrêmement fines pour mettre en place l’acide hyaluronique. La douleur est faible voire inexistante sur certaines zones. Sur d’autres (lèvre supérieure), une application de crème anesthésiante peut suffire.
Mais tous les acides hyaluroniques ont un anesthésiant incorporé.

Les effets immédiats

Les effets sont visibles immédiatement, toutefois le résultat définitif peut nécessiter une dizaine de jours pour se révéler.

Les suites

Des ecchymoses peuvent apparaître, mais elles sont rares avec les aiguilles ultrafines.
Le produit peut bouger dans les heures qui suivent (et c’est pour cela que l’on demande une certaine immobilité du visage les deux heures suivant une injection). Lorsque c’est le cas, la hyaluronidase, enzyme dissolvante de l’acide hyaluronique, gommera le glissement du produit.

Les contre-indications

Malgré un risque d’allergie proche de zéro, une hypersensibilité à l’acide hyaluronique constitue une contre-indication sérieuse aux injections.
La grossesse et l’allaitement interdisent toute injection de corps étranger.

Le prix

Il faut compter une moyenne de 350€ pour l’injection d’une seringue de comblement, et 650€ pour une seringue volumatrice.

Dans les crèmes aussi…
L’acide hyaluronique est également un composant de nombreux cosmétiques. S’il est présent tel quel, il aura une action hydratante par effet de surface car il ne traversera pas la barrière cutanée. S’il est fractionné, une faible partie pourra pénétrer et hydrater directement le derme.

COMMENT DONNER UN COUP DE JEUNE À SA LÈVRE SUPÉRIEURE ?

Retrouvez cet interview sur s-santé en cliquant ici : http://www.e-sante.fr/comment-donner-coup-jeune-sa-levre-superieure/actualite/648

Comment donner un coup de jeune à sa lèvre supérieure ?

Les lèvres se modifient avec le temps. La lèvre supérieure s’affine, se ride, perd en couleur et en relief au fur et à mesure du vieillissement.

Quelles solutions sont envisageables contre le vieillissement de la lèvre supérieure et à quel moment ?

Comment vieillissent nos lèvres ?

Dr Catherine De Goursac : Les premiers signes du vieillissement se repèrent aux commissures qui s’affinent et aux commissures supérieures qui commencent à rentrer un peu dans la bouche. Au final, les lèvres sont plus étroites, avec deux fines rides qui les prolongent de chaque côté.
Par la suite, le relief entre la lèvre rouge (partie rouge de la lèvre) et lalèvre blanche (peau blanche du dessus) tend à s’effacer et à s’aplanir. Ce relief peut être redessiné, c’est ce que l’on appelle le reourlage.

Si de petites irrégularités de couleur entre le blanc et le rouge apparaissent, ce qui est souvent le cas passé la cinquantaine, le réourlage (augmentation très légère du relief) peut être complété par un maquillage permanent (qui permettra de rehausser le ton de la lèvre entière tout en dessinant bien son contour).
A noter que la lèvre rouge s’affine aussi avec le temps et rentre à l’intérieur.

Dès 30/40 ans, de petites rides qui filent vers le haut commencent à apparaître. Au début du vieillissement, elles sont visibles lorsque l’on prononce des lettres comme le O. Autrement dit, elles ne sont visibles que lors du mouvement et non au repos. Il existe bien sûr différents types de vieillissement dans les rides, ce qui fait que certaines personnes auront de multiples petites rides comme des frisures, tandis que d’autres auront très peu de rides mais très marquées.

Avec le temps, la distance entre le nez et la base du nez a aussi tendance à s’allonger. Cet effet est dû à un petit recul de l’os malaire supérieur (l’os et le muscle ayant tendance à fondre). Les chirurgiens peuvent exciser un peu de peau à la base du nez (la cicatrice se trouvera alors dans les narines et est quasi invisible) afin de diminuer la hauteur de la lèvre blanche.

Enfin, le vieillissement aplatit progressivement les crêtes filtrales et l’arc de cupidon. Il s’agit de la petite cupule concave située au milieu de la lèvre, qui se prolonge vers le nez par deux petites collines, les crêtes filtrales. Celles-ci donnent une structure, une certaine énergie à la lèvre supérieure chez les jeunes. En revanche, chez les personnes âgées, l’arc de cupidon est complètement plat et les crêtes filtrales disparaissent.

Quelles sont les solutions pour rajeunir la lèvre supérieure ?

Il est important de redessiner et d’ouvrir les commissures des lèvresassez tôt pour contrecarrer la chute de la joue qui se fait avec le temps et qui finit par donner une bouche triste. En injectant assez profondément de l’acide hyaluronique, on renforce les tissus de soutien, l’architecture sous-jacente.
Vers 40-50 ans, on peut injecter un fin film d’acide hyaluronique afin d’empêcher que les rides de la lèvre blanche supérieure ne se marquent. Le fait de renforcer le matelas de tissus sous la lèvre empêche que les pliures ne se marquent.
A partir de 55 ans, voire plus jeune, on commence à dessiner une à une chaque ride avec de l’acide hyaluronique.
Entre 50 et 60 ans, on peut procéder à un petit reourlage. Depuis les excès des dernières années, nous sommes extrêmement prudents. Nous préférons maintenant ne toucher qu’à la lèvre blanche, c’est-à-dire que l’on s’attaque davantage aux rides et très peu au volume, avec un très joli résultat.
Plus tardivement encore, l’acide hyaluronique permet de reformer les crêtes et l’arc de cupidon.
A partir de 60 ans, on peut envisager d’augmenter un peu le volume des lèvres supérieures, lorsque celles-ci se sont fortement affinées avec l’âge. On tendra à redonner le même volume que la personne avait à 40 ans, mais surtout pas au-delà.
Le maquillage permanent peut palier au palissement des lèvres lié à l’âge. On couvre toute la lèvre avec un petit dégradé. On peut reproduire toutes les teintes, mais on choisit généralement la teinte de la personne que l’on rehausse légèrement.

Enfin, la radiofréquence ou le peeling ou encore le laser sont parfois utiles sur la lèvre supérieure car ces techniques améliorent la qualité de la peau, laquelle s’assouplit et se rétracte.